Connectez-vous S'inscrire
Menu
Publicité

6 clefs pour une "coparentalité"conciliée

Comment être parent ensemble (même séparés) ?




Le terme de "coparentalité" est de plus en plus utilisé aujourd’hui; tant pour les situations familiales classiques que dans le cas de parents séparés, mais qu'est ce que ça signifie exactement? Et comment être parent de façon cohérente sous le même toit ou quand on ne cohabite plus ?


Qu'est ce que c'est?

La coparentalité est le fait d'exercer ensemble (les deux parents), sa fonction parentale. La fonction parentale est l'ensemble des actes, décisions que l'on prend en tant que parent, et qui concerne l'éducation des enfants.

 

Ça, c'est la théorie !

 

Dans la pratique, ça veut dire que chaque parent doit pouvoir s'accorder avec l'autre parent sur les décisions importantes à prendre concernant l’éducation d’un enfant : décider dans quelle garderie ou école inscrire les enfants, quels loisirs choisir, mais aussi quelle réponse éducative devant un comportement inadapté, etc.

 

Chacun doit tenir compte du droit qu’a l'autre parent, d’exercer sa "fonction parentale" comme il le souhaite; ce qui veut dire aussi que des divergences vont inévitablement surgir illustrant les approches et points de vue différents des deux parents.

 

Les pères d'aujourd'hui demandent plus que ceux d’hier, à être plus présents, plus actifs dans l'éducation de leurs enfants. Ils veulent participer aux décisions de la vie quotidienne des enfants, être pleinement parent auprès de la mère. Parfois, ils n’ont d’autre choix : comme dans le cas d’une famille monoparentale.

De plus, la famille d’aujourd’hui a des visages très variés, du fait de la métamorphose qu’elle connait depuis quelques décennies. 

 

Ces nouvelles structures familiales et ces changements dans la répartition des rôles homme/femme dans le couple ont eu pour effet de changer progressivement la façon dont chaque parent exerce sa parentalité et posent des questions  sur la place de chacun, la prise en compte de modèles éducatifs différents, la nécessaire conciliation entre les deux parents...

 

Bref, les parents d'aujourd'hui doivent trouver des manières inventives d'être parent ensemble : c'est tout l'enjeu de la coparentalité ! 

Pour être complet sur le sens du terme, il faut préciser qu’il s’est étendu aujourd’hui à une autre forme de parentalité plus spécifique à la communauté homosexuelle. Elle désigne pour les concernés, le fait d’élever conjointement l’enfant de l’un ou l’autre. Mais cette forme de co-parentalité reste encore à préciser, légalement parlant.


la parentalité conciliée...

Quand on est père ou mère, on se fait une idée bien personnelle (et inconsciente la plupart du temps) de :

- comment être mère et comment l'autre devrait être père

- comment être père et comment l'autre devrait être mère
 

Autrement dit, nous avons intériorisé des représentations du rôle de chacun dans le couple parental qui vont influencer nos attentes et nos comportements.


Ces représentations sont essentiellement issues de la manière dont nous avons nous-mêmes vécu étant enfant et dont nous avons vu nos parents agir.

Cette vision personnelle n'est pas forcément en adéquation avec la vision de son conjoint (elle est même fondamentalement différente puisque cette représentation est subjective) : par exemple,  l’un peut considérer que c'est à la mère de s'occuper de la scolarité des enfants et son conjoint penser que c'est une affaire à voir autant par le père que par la mère. Il en est de même avec l'idée qu'on se fait de "Qui s'occupe (et comment) des tâches ménagères ?" ou encore "Quel modèle éducatif on se doit d'utiliser ?".

Dans ce cas, il y aura des désaccords sur « qui décide quoi » au sujet du choix d'études, de "qui participe aux réunions parents-profs ?" ou encore sur "qui aide aux devoirs ?".

Désaccord ne veut pas dire mésentente, mais si l'un des deux parents se montre plus rigide et décrète qu'il n'y a qu'une seule façon de voir et faire (en général, la sienne), il peut nier (ou minimiser) la vision de l'autre ou encore essayer d'imposer la sienne; ce qui dans ce cas va générer des rapports de force et créer des conflits.
Ces conflits ne sont pas insurmontables bien sûr mais ils deviennent parfois pesant au quotidien; surtout quand au lieu d'être vraiment "gérés" (c'est à dire réglés et apaisés), ils s'enkistent et se durcissent jusqu'à aboutir à un rapport concurrentiel entre les deux parents, au lieu d'être complémentaire.

 

Une démarche de consensus va pouvoir se mettre en place pour aboutir à une véritable « COPARENTALITÉ »


Au contraire, si chacun est conscient que sa vision du rôle parental est personnelle et doit être "conciliée" avec la vision de son conjoint, une démarche de consensus va pouvoir se mettre en place pour aboutir à une véritable « COPARENTALITÉ ». Pour être parent ensemble, il faut donc savoir manier quelque peu l’art de la négociation pour trouver ensemble des solutions acceptables et respectant les besoins de chacun.

Parmi les solutions fréquemment retrouvées dans les couples, on retrouve une répartition équitable des rôles et des tâches où chacun sait ce qu'il a à faire ou encore le couple agit de concert dans tous les domaines considérant que leur rôles sont en quelque sorte "interchangeables".


La clef d'une coparentalité conciliée et apaisée est bien sûr la communication car loin d'être acquise une bonne fois pour toutes, la coparentalité se tisse au fil des jours, se nourrit d'une confiance réciproque et d'une considération de l'autre parent qui ne laisse pas la place à des enjeux de pouvoir ou d'intérêts personnels.

La coparentalité est en quelque sorte l'exercice délicat et commun de deux parents en vue d'atteindre le même but : celui d'éduquer et de mener à l'autonomie leur progéniture...



 


6 clefs pour être parent ensemble

La coparentalité est l'art d'être parent ensemble au-delà de nos différences. Pour être sereine, cette coparentalité a besoin de respecter certaines règles.

Voici les repères-clés qui vous permettront de trouver et garder l'équilibre parental, socle d'une communication apaisée pour exercer une coparentalité apaisée et conciliée :
  1. Respectez vos valeurs
    Vos valeurs principales et celles de votre conjoint sont-elles respectées ? Si non, identifiez la valeur qui fait défaut et cherchez ce qui pourrait y répondre. Voici quelques valeurs connues : altruisme, amabilité, collaboration, convivialité, courage, détachement, devoir, travail, honnêteté, entraide, famille, force, générosité, humour, humilité, modération, non-violence, optimisme, ponctualité, pondération, respect,, serviabilité, simplicité, sincérité, ténacité, volonté...
     
  2. Vision individuelle :
    Chaque parent a une vision, consciente ou inconsciente de la vie qu'il veut mener, de sa relation conjugale ou de sa vie familiale. Mais beaucoup oublient de partager à ce sujet. Pourtant, le couple a besoin de partager une vision commune pour avancer dans une même direction...Quelle est votre vision ? Pouvez-vous la décrire précisément ? Connaissez-vous celle de l'autre parent ? Si non, demandez-vous quel avenir rêvez-vous pour vos enfants, votre famille, quel est votre idéal et ce à quoi vous aspirez...​
     
  3. Adaptez votre style éducatif :
    Il existe plusieurs styles éducatifs que l'on utilise préférentiellement de façon automatique. Il en existe 3 principaux : autoritaire, laxiste ou laisser-faire et démocratique (ou authoritative). Quel est votre style éducatif dominant ? Et celui de l'autre parent ? Connaissez-vous les influences de chaque style ? D'autre part, suivant les situations de la vie quotidienne, un style ou l'autre pourra être plus adapté. Pensez à adapter le style à l'objectif éducatif d'une situation.
     
  4. Visez la complémentarité
    L'approche en complémentarité de la parentalité permet d'entrevoir qu'il n'y a pas qu'une seule et bonne façon de faire en éducation. Chacun y met son expérience, sa personnalité et ses propres repères et le parent est parfois tenté de ne voir qu'à travers sa propre perspective, au risque d'accabler l'autre parent de reproches et critiques si sa façon de faire diverge. La complémentarité est d'accepter une bonne fois pour toutes que les différences peuvent se compléter et être un enrichissement à l'éducation des enfants.
     
  5. Fixez des objectifs éducatifs
    Qu'est-ce qu'un objectif éducatif ? C'est le but concret que l'on cherche à atteindre dans une situation éducative du quotidien . L'objectif peut répondre à un besoin (aller se coucher à l'heure prévue - pour avoir un temps de sommeil suffisant par exemple) ou viser une plus grande autonomie (laisser l'enfant nettoyer la place qu'il vient de salir - pour lui apprendre à nettoyer en autonomie). Nous fixons souvent inconsciemment plusieurs objectifs à la fois : au risque d'être frustré du résultat obtenu et peu clair dans nos demandes. Quel est votre objectif et celui de l'autre parent ? Ces objectifs divergent souvent et créent, quand ils sont ignorés des malentendus entre les parents et des conflits.
     
  6. Accordez vos rôles parentaux
    Le rôle parental est celui que l'on "joue" à partir de ses propres représentations du rôle maternel et paternel. ces images de notre rôle et celui de l'autre parent sont intériorisés dès notre enfance en fonction de notre expérience familiale et des modèles parentaux que l'on a eut à voir. Même si l'on souhaite s'en départir, ces rôles influencent considérablement notre façon d'être parent ET les attentes que l'on projette sur l'autre parent.

​​Voici ces 6 clefs sous forme de carte mentale :

Vous pouvez télécharger gratuitement cette fiche-outil en PDF sur www.familipsy.academy (et bénéficier d'une formation gratuite pour réussir votre vie de famille) ou encore directement sur le blog à cette page.

 
 

Et pour les couples séparés?

La coparentalité continue de s'exercer après la séparation des parents et ce, jusqu'à la majorité des enfants d’un point de vue légal - et même après, dans la pratique. Chaque parent, doit donc pouvoir continuer d’être parent après la séparation, et ce, quelques soient les modalités de la séparation de couple et l'organisation familiale.

 

Sauf pour des cas bien spécifiques, même séparés, les parents disposent des mêmes droits et obligations au sujet de l'éducation de leurs enfants. Ce qui veut dire qu'ils participent tous deux aux petites et grandes décisions; qu'ils "éduquent" leurs enfants et sont supposés le faire en cohérence avec l'autre parent.

 

C'est là que des problèmes surviennent ou s'amplifient. Quand on sait que le motif de séparation des parents concerne pour une large part, une mésentente au sujet de l'éducation des enfants (c'est un des motifs les plus cités concernant la cause de la rupture), on se dit que ce sujet de désaccord ne va pas se régler après la séparation, bien au contraire.

 

D'ailleurs, certaines décisions doivent obligatoirement (légalement) être prises par les deux parents : une hospitalisation par exemple; ce qui oblige les parents à se mettre d'accord. Néanmoins, d'autres décisions, peuvent être prises par l'un des deux et ne nécessitent pas forcément de consensus. 

 

Dans certains cas, des conflits tenaces dans le couple, parasitent la coparentalité après la séparation au détriment de l’enfant et de la relation père-mère.



Cette coparentalité se transforme parfois en règlements de compte par enfant interposés : l'un veut montrer à l'autre que SA manière d'éduquer est la meilleure ou encore que la manière d'éduquer de l'autre est négative ou défaillante. Dans ce cas précis, il ne peut y avoir de co-parentalité. Ce sera plutôt une parentalité dissociée où les parents ne vont pas chercher à s'entendre au sujet des enfants, mais chercher à gagner une bataille imaginaire dont l'un des parents sortirait gagnant...

 

Dans d'autres cas, et c’est le plus souhaitable, les parents se séparent en ayant une bonne entente sur la façon d'éduquer leurs enfants. Dans ce cas, il peut y avoir une "coparentalité" effective et bénéfique aux enfants. Ils utilisent des moyens pour communiquer : un cahier de « liaison », des temps de discussion en face à face ou médiatisés par un professionnel. 

 


Conclusion

Quelle que soit la méthode choisie, la famille au complet tirera profit de cette coparentalité assumée… 

Car il faut bien le dire, elle est bénéfique (que ce soit dans une famille unie ou désunie), en particulier si elle est cohérente et consensuelle; et va donner de surcroit aux enfants une vision cohérente de ce que leurs parents cherchent à leur transmettre tout en intégrant la différence de l'autre.

 

C'est un modèle de vivre ensemble où il est possible d'être différent tout en trouvant des points d’entente et donc une responsabilité pour les parents que de réussir à être parent ensemble.


Pour aller plus loin :

  • Une page Internet regroupant plusieurs repères et conseils pour des parent séparés qui exercent donc séparément leur parentalité : J'y vais !
 
  • Vous êtes séparés, et vous souhaitez une aide dans la gestion de l'agenda ou des finances ? Cet outil en ligne pourrait vous intéresser. Il vous propose une application mettant en relation les informations des deux parents, pour une meilleure organisation et une meilleur équitabilité ...  J'y vais !

Les évènements :

Si ce thème vous intéresse, vous pouvez  :

- participer à atelier-parent en Elearning (utilisez la fiche contact et nous vous répondrons)
- ou donner votre témoignage sur ce blog (commentaire)
 

Pour revoir l'émission radio, enregistrée sur Polynésie 1ère :



Rédigé par Nathalie Colin-Fagotin, Lu 759 fois






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez poster un commentaire et recevoir directement dans votre boite mail les commentaires des autres lecteurs.
Inscrivez-vous pour bénéficier de tous les autres services du site : annonces, forums, etc.

VIE DE FAMILLE | PSYCHOLOGIE | EDUCATION







Inscrivez-vous au parcours à thèmes au féminin :
"Retrouver confiance en soi !"

ça démarre le 15 Octobre 2019

Je m'inscris >









>>>GRATUIT : Recevez la Familinews dans votre boite mail :