Connectez-vous S'inscrire
Menu
familipsy familipsy

Publicité

Sommeil : Mon bébé a du mal à s'endormir !

5 conseils pour facliter le sommeil de bébé (0-5 ans)




Les premiers mois de la vie d’un nourrisson sont souvent éprouvantes pour les parents. Une des raisons de ces difficultés, est la fatigue occasionnée par les nuits entrecoupées, à cause des réveils fréquents de bébé. Quel parent n’a pas, à un moment, soupiré ou même senti l’agacement l’envahir au énième réveil de bébé ?
Et pourtant, avant qu’il fasse complètement ses nuits, il faut patienter plusieurs mois.
Alors, comment faire pour passer au mieux cette période et l’aider à trouver un rythme de sommeil, à s’endormir?


Comprendre le sommeil du nouveau-né

Le nouveau-né dort beaucoup : de 14 à 18 heures les trois premiers mois ; de 12 à 16 heures jusqu’à un an et de 10 à 14 heures vers 3 ans. Il y a des petits et des gros dormeurs, c’est pourquoi ces chiffres ne sont qu’un repère qui peut varier d’un enfant à l’autre.
La vitalité de l’enfant pendant la journée nous informe sur ses besoins en sommeil. S’il est de bonne humeur, il a assez dormi, sinon, non.

Le sommeil est nécessaire pour ses  besoins physiologiques, notamment pour sa croissance. C’est aussi pendant le sommeil que le cerveau continue sa construction.


 

De la naissance à 5 mois

À son arrivée à la maison, à la naissance, le bébé n’a pas encore de rythme car le sommeil est "déstructuré". Les premiers moments d’éveil coïncident avec la tétée : bébé tète, il reste un peu éveillé puis se rendort. Cela peut se passer jusqu’à 8 fois dans la même journée.

Petit à petit, bébé va apprendre à attendre un peu, à patienter avant la tétée.

Deux phases de sommeil

Les deux phases du sommeil : rêve (ou sommeil paradoxal) et récupération… parfois entre ces deux « sommeils », l’enfant se réveille : il va apprendre à se rendormir progressivement (il le fera facilement s’il est dans une ambiance calme et rassurante).

Pourquoi il se réveille la nuit?

Petit à petit, le bébé va prendre en compte le rythme de la famille et se comporter différemment le jour et la nuit. Il dormira plus la nuit et sera plus longtemps éveillé le jour, jusqu’à acquérir le même rythme que ses parents.  Dormir la nuit, être éveillé le jour ! Cela ne se met en place que vers 2-3 mois

Il ne fait pas ses nuits…

A cet âge seulement, si bébé ne "fait pas ses nuits", on peut le faire patienter quand il réclame la nuit pour qu’il comprenne qu’on ne vient pas dès qu’il appelle : il pourra même se rendormir et apprendre progressivement à le faire seul.

A 4-5 mois, sa vie est, la plupart du temps, bien rythmée et bébé fera des nuits de 8 à 10 heures.


Comment coucher bébé ?

Les recommandations varient d’une culture à l’autre. Mais voici quelques recommandations sur le couchage. Mieux vaut prévoir un berceau ou un petit lit qui aura un espace restreint autour de l’enfant : lui donnant une sensation de sécurité. Les bords de son couchage seront moelleux pour éviter qu’il se blesse. Il y aura des bords ou des barreaux autour du lit pour éviter que le bébé ne tombe.
Le but est que l'espace de couchage soit des plus sécurisant et enveloppant afin qu'il ait un sentiment de sécurité, propice à l'endormissement.


Les erreurs à éviter

  • Trop de stimulations nuisent au repos : Durant la journée, si un bébé est trop porté ou cajolé, sollicité, il risque de s’attendre au même traitement la nuit… Mieux vaut lui laisser des moments de calme, où il ne sera ni porté, ni trop stimulé (paroles, jeux, bercements) durant la journée : ainsi, il dormira mieux le soir.
  • Le biberon  ou le « titi » (sein de la maman), ne doivent pas devenir un doudou ! ou entrer dans le rituel du coucher; au risque que l’enfant n’arrive plus à s’en passer. Quand on donne systématiquement un biberon à un bébé qui a sommeil, il prendra l’habitude de téter son biberon ou le titi pour s’endormir et en aura besoin, même quand il n’aura plus l’âge de boire un biberon; ce qui peut s'avérer régressif suivant son âge.
  • Donner d'autres fonctions au lit : l'espace du lit doit rester un espace de repos et de sommeil , et non une aire de jeu ou encore moins un lieu de punition. De cette façon, le lit sera associé pour lui au temps de repos.
  • Chercher à obtenir absolument un résultat : "Il faut qu'il dorme !" est un impératif qui peut stresser parents et enfants. Comme nous, l'enfant ne peut s'endormir sur commande : souvenons-nous en.
  • Oublier, raccourcir ou changer un rituel : l'idée du rituel est d'instaurer des habitudes rassurantes autour du temps du coucher. Changer ces habitudes aura pour effet de déstabiliser l'enfant et donc de freiner l'endormissement.
  • Le réveiller en fonction du rythme de la famille : visites et sorties sont parfois l'occasion de réveiller l'enfant : si ça se reproduit trop souvent, le rythme de sommeil de l'enfant va être perturbé. Et l'endormissement plus difficile. L'idéal est de maintenir un rythme régulier pour ses nuits et ses siestes.

Jusqu'à quel âge faut-il faire faire la sieste à son enfant ?

Tout dépend des enfants : certains en ont encore besoin à 3 ans après le repas de midi alors que d’autres s’en passent facilement. Le mieux est d'observer son enfant pour identifier ses besoins et de discuter avec l'école pour savoir comment se passent les temps de sieste afin de s'ajuster aux besoins de l'enfant.

Comment faire quand bébé a du mal à trouver son rythme en fin de journée, qu'il se met à pleurer et est difficile à consoler ?

Il faut se dire que ces troubles sont passagers au début : le temps que bébé trouve son rythme.
Si au bout de quelques mois, bébé a encore du mal à s’endormir, entourez ce moment « délicat » de calme, de sérénité, de bonne humeur. Bébé sentira si vous êtes par avance stressé(e), impatient(e) ou tendu(e).

Quand vient le moment d’aller dans son lit, le bébé peut sentir une angoisse : quitter le confort affectif, la présence de son entourage pour se retrouver tout seul dans son lit (surtout si dans la maison, il y a du bruit, des frères et sœurs, du mouvement). C’est important de lui parler avant ce moment, qu’il se « prépare » à ce qui va arriver (ça deviendra comme un petit rituel avant le coucher qui l’aidera à se repérer).

Quelques astuces pour aider bébé à s’endormir

  • Le Holding (Winnicot) : déf: le fait de tenir, contenir, bercer bébé, le porter (par exemple dans un porte bébé ou une écharpe pour qu’il soit près du corps), se promener avec lui, lui parler doucement : il se sentira en confiance et rassuré contre le corps de maman ou papa. Le holding a aussi une fonction de protection vis à vis de tout ce qui pourrait l’agresser de l’extérieur.
  • Le coucher à des heures régulières. Le rythme est important pour favoriser le sommeil: ça comme par une heure de coucher à heure régulière. Petit à petit , le rythme va s’installer permettant à l’enfant d’optimiser son temps de sommeil.
  • Instaurer un rituel : Les rituels du soir aident l’enfant à s’endormir : un câlin, une petite mélodie, une berceuse, qui le conditionnera à dormir, des paroles douces et réconfortantes qui le préparent à ce qui va suivre… S’endormir demande un minimum de lâcher prise: on s’abandonne au sommeil et pour ça, nous avons besoin de nous sentir en sécurité. Ce rituel va perdurer quand l’enfant va grandir.
  • Respecter ses habitudes : Peut-être-a t-il besoin d’un doudou, de trouver une position bien particulière, d’une petite histoire, d’allumer la petite lampe de veille, de sucer son pouce, … L’enfant a besoin d’habitudes pour s’endormir : elles l’aident à se sentir rassuré.
  • Être attentif aux signes annonciateurs de sommeil : il s’agite, devient grognon, se frotte les yeux, cherche son pouce ou son doudou : ces signes annoncent que votre enfant est fatigué, ne tardez pas à le mettre au lit.

Je craque !

Les nuits coupées, les pleurs de bébé et la difficulté à se rendormir peuvent être très éprouvantes pour les parents qui se fatiguent, physiquement et nerveusement.

C’est bien compréhensible, mais avant d’avoir un geste malheureux, mieux vaut se préparer à ces moments délicats. Voici quelques conseils qui vous aideront à appréhender ces moments difficiles.

 

  • Reposez-vous dans la journée, dès que possible, en même temps de bébé: vous aussi avez des besoins en sommeil et un rythme qu’il faut veiller à respecter le plus possible: vous n’en serez que plus patient et serein
  • Restez zen ! Même si ce n’est pas toujours simple, si vous êtes serein, votre enfant le sera aussi plus facilement; et l’inverse est bien sûr vrai!
  • Relativisez : dites-vous que ça ne va durer « que » quelques mois: après, votre enfant trouvera son rythme et cessera de vous réveiller en pleine nuit !
  • Déléguez : les deux parents doivent se soutenir pour suppléer l’autre dans ses moments de faiblesse (et chacun en a). Si vous sentez que la tension monte et que vous allez perdre votre calme, demandez à votre conjoint de vous relayer : « J’ai besoin que tu m’aides, je me sens au bord d’exploser… ».
  • Si cet état perdure, demandez de l’aide sans tarder, avant que la situation ne s’aggrave.Car cette situation est un cercle vicieux: Un enfant fatigué, est plus nerveux. Donc, plus la situation sera tendue (enfant et parents fatigués), moins bébé sera enclin à dormir et plus vous serez fatiguée, et tendu,... et plus bébé sera tendu!! etc. La qualité du sommeil influe directement sur la qualité de vie en journée : un enfant reposé, c'est un enfant plus calme et concentré en journée !

Vous souhaitez consulter ce sujet en vidéo ou audio ?

Cette émission a été radio-enregistrée en partenariat avec Polynésie première.
Vous pouvez la regarder ou l'écouter ici.
 
emission_le_sommeil_des_0_5_ans_.mp3 Emission le sommeil des 0-5 ans .mp3  (22.29 Mo)


Que faire si bébé se réveille tôt (plus tôt qu’on le souhaiterait) ?

Bébé est peut être un lève tôt. Dans ce cas, prévoir près de lui, dans son lit de quoi s’occuper tout seul. Cela le fera patienter un peu. On peut aussi décaler un peu l’heure de son coucher pour décaler son sommeil : il se lèvera alors un peu plus tard.



Rédigé par Nathalie Colin-Fagotin, Lu 654 fois






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez poster un commentaire et recevoir directement dans votre boite mail les commentaires des autres lecteurs.
Inscrivez-vous pour bénéficier de tous les autres services du site : annonces, forums, etc.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Janvier 2024 - 17:22 6 clefs pour une "coparentalité"conciliée

VIE DE FAMILLE | PSYCHOLOGIE | EDUCATION










Formation GRATUITE pour mieux communiquer et améliorer les relations intrafamiliales :

Les OUTILS pour une PARENTALITÉ POSITIVE, BIENVEILLANTE et PROACTIVE :

La formation ESSENTIELLE pour APAISER LE QUOTIDIEN :

Une formation COMPLÈTE pour SE FAIRE OBÉIR sans crier ni taper :

Accédez au catalogue des formations.




Webconférences psychologie et éducation :
Des clefs pour la famille

Inscrivez-vous gratuitement et participez en direct

Je m'inscris >








    Aucun événement à cette date.




Consulter une psychologue :

Nos formules mensuelles :









Instagram
Facebook
LinkedIn
Newsletter
Twitter
YouTube Channel