Connectez-vous S'inscrire
Menu
Publicité

5 clefs pour accompagner les relations amoureuses de sa fille

Ma fille entre au lycée - quand la drague devient plus sérieuse




Votre fille entre en seconde, et des questions se posent au sujet des relations avec les garçons.
Vous êtes passé(e) par là (avec une expérience plus ou moins positive) et vos ami(e)s vous ont parlé de leurs histoires avec leurs propres filles : vous commencez à vous inquiéter…
L’entrée au lycée, correspond à la période où les adolescents sont en pleine découverte et exploration de leur intimité et de leur sexualité.
Ils ont les hormones en « effervescence » comme on aime à le dire de façon familière.
Mais comment aborder la question des flirts, des relations amoureuse et de sexualité sans tomber dans le rigorisme ou se confiner dans le laxisme, ni rester dans un discours moralisateur ?



Des dangers qui vous inquiètent…

Quand on est parent, l’inquiétude est presqu’inévitable : parce qu’on en a eu l’expérience plus jeune ou parce que d’autres nous ont mis en garde, être parent d’adolescent expose à vivre avec la présence de multiples risques qui les guettent. La sexualité, même si elle est naturelle et normale, a aussi son lot de « dangers » ou en tous cas de risques dont on souhaiterait préserver nos adolescents : maladies sexuellement transmissibles, grossesses non-désirées, grossesse précoces; mais aussi ruptures sentimentales, trahisons amoureuses, et même violences sexuelles…
 
Il serait complètement irréaliste de penser que l’adolescent vit une sexualité innocente et fleur bleue; ils connaissent - parce qu’on les informe à grand renfort de campagnes de prévention, de cours sur la « sexualité » - les risques liés à la sexualité (plus qu’aux relations sentimentales d’ailleurs - mais c’est un autre sujet). Et pourtant, c’est bien là le grand paradoxe de l’adolescence : l’aspiration à vivre d’absolu, y compris dans leur sexualité et leurs relations sentimentales : comme vous, ils rêvent « d’amour-toujours », ils vivent aveuglément leurs premiers amours et veulent croire à une fidélité sans faille. Ils croient même pour certains d’entre eux (non, ce n’est pas une blague !), que lors du premier rapport sexuel, la fille ne « peut pas » tomber enceinte. C’est une de ces fameuses "pensées magiques" que j'ai eu l'occasion d'entendre dans le cadre de consultations psycho-sociales pré-IVG…

Les dangers concernent aussi (surtout ?) les déceptions amoureuses douloureuses, les peines de coeur, les angoisses liées à la peur de ne pas plaire, de ne pas être à la hauteur, le sentiment de ne pouvoir être aimé, la peur du rejet, sans parler des situations humiliantes auxquelles certains adolescents sont confrontés...
 
Les risques existent, il sont appréciés différemment par les parents et les adolescents qui opposent parfois un "fais-moi confiance" à la mise en garde de leurs parents, mais ils sont réels et les ignorer serait une erreur.

Dois-je protéger ma fille et de quoi ?

Il est évident que oui : votre fille adolescente, bien qu’elle puisse penser qu’elle est « grande » et qu’elle n’a pas besoin de vous, a encore besoin de votre présence protectrice.
Le tout étant de trouver comment le faire de façon suffisante mais pas trop intrusive et surtout de la bonne manière.

Car beaucoup d’adolescentes, sont persuadées (et elles le sont sincèrement !) d’être tout à fait prêtes à affronter tous les défis de la vie amoureuse; cependant beaucoup, malheureusement, en font les frais, et sous-estiment la souffrance que parfois la vie amoureuse peut causer; en particulier à un âge où la sensibilité est à fleur de peau et où l’on n’a pas encore appris toutes les règles de prudence en ce domaine.
 
D’ailleurs, votre instinct de protection vous pousse peut-être à la mettre en garde sur les multiples dangers, lui poser des questions, lui poser des interdits, décupler votre surveillance, peut-être même surveiller ses conversations, ses fréquentations, ou encore ses comptes sur des réseaux sociaux… Bref, il est possible que comme beaucoup de mères, vous ayez déployé des tas de stratégies qui pour certaines peuvent s'avérer intrusives.
Quel est votre objectif finalement ? La protéger de ces risques ? Oui, sans doute en grande partie… Mais aussi sans doute pour vous rassurer vous mêmes?

Rappelez-vous votre adolescence : avez-vous toujours appliqué les conseils avisés de vos parents ? n'avez-vous j'amis pensé qu'ils étaient d'une autre génération et que la seule chose qui comptait était de vous faire votre propre expérience ?
Et bien si c'est le cas, sachez que c'est toujours ce sentiment qui anime la plupart des adolescent : l'impression que le sentiment amoureux et l'expérience qui va avec est avant tout une expérience très personnelle, unique que nul autre ne peut comprendre, et surtout pas des parents qui ont vécu leur jeunesse à une autre ère et paraissent souvent loin de comprendre la réalité intime des relations amoureuses...

Il faudra donc du tact et un degré d'écoute et d'ouverture suffisants pour aborder le sujet avec votre fille afin qu'elle ne se braque pas ou soit renforcée dans son idée déjà tenace que "décidément, mes parents ne comprennent pas grand chose à ma vie personnelle".

5 clefs pour accompagner votre adolescente dans ses relations amoureuses ?

  • Remplacez les grands principes par des décisions personnelles et assumées. Suivant que vous êtes plutôt « mère poule » ou pas, votre niveau d’anxiété va varier; mais quelle que soit la mère que vous êtes, cherchez la façon la plus juste et raisonnée de vous conduire avec votre fille : ne vous cachez pas derrière des principes moraux ou des recettes qui ont marché pour d’autres : en ce domaine, vous devez assumer vos choix et faire vôtres les règles que vous posez car la vie amoureuse ne tolère aucune tricherie et votre adolescente y sera attentive.
     
  • Soyez sincère avec elle. Parlez-lui de vos inquiétudes, de vos souhaits, de vos valeurs, de ce qui motive telle interdiction ou règle. Elle vous comprendra d’autant mieux qu’elle aura compris le sens de votre action ou décision.
 
  • Pensez à lui rappeler que vous lui faites confiance et qu’il ne s’agit de mettre en cause sa capacité à discerner ou agir, mais plutôt d’apporter votre expérience pour l’aider à mieux vivre sa vie amoureuse. Et devant le classique « tu ne me fais pas confiance ! », opposez-lui le fait que la confiance se gagne peu à peu et que les règles s’assoupliront au fur et à mesure que votre confiance grandira. Rappelez-lui aussi toutes les fois où vous avez fait preuve de confiance et aussi que c’est votre rôle de la protéger (et non de l’empêcher de vivre sa vie).
 
  • Rappelez-vous que pour elle, la « drague » (et en général, sa vie amoureuse) est très importante : car elle lui permet de se sentir désirable, aimée et ce sentiment l’aide à affermir son estime d’elle-même. Ces "parades de séduction" où l'on teste son pouvoir de plaire devant les autres sont normales et constitutives de la période adolescente : elles l’aide aussi à apprendre comment nouer des relations dans le cadre d’une relation de couple : ce qui lui sera utile pour la suite de sa vie.
 
  • Fixez des limites et des règles claires. Accompagner ne signifie pas "laisser tout faire". Dans ce domaine, comme dans les autres, il est important quand on est parent de fixer un espace de liberté encadré par des limites cohérentes, claires et souples car elles structurent et rassurent.
 
À une époque où les relations amoureuses se tissent sur la toile, veillez à ce que l'usage des réseaux sociaux soit raisonné et prudent en impliquant autant que possible votre fille dans la démarche.

Quelles sont les erreurs à éviter ?

Pour finir, rappelons quelques écueils fréquents dans le domaine de la parentalité au sujet des relations amoureuses. Les connaitre, c'est mieux les contourner...

Ne rapportez pas systématiquement la discussion à votre propre expérience
. Pour votre fille, cet anachronisme ne donnera que peu de valeur à ce qu’elle vit, elle : étant persuadée que « les temps ont bien changé depuis votre adolescence » et que « vous ne pouvez pas comprendre ce qu’elle vit aujourd’hui », étant d’une autre génération ! Trouvez plutôt des exemples actuels ou si vous souhaitez partager votre expérience, assurez-vous d'abord qu'elle y soit réceptive.
 
Ne refaites pas le cours de SVT. Votre fille n’attend pas de vous que vous soyez expert(e) sur le fonctionnement des appareils génitaux ou la transmission des MST; et même de l’usage d’un préservatif. C'est même souvent un sujet que les adolescents évitent précautionneusement d'aborder avec leurs parents tant ce type d'échange est gênant pour eux.
En revanche, il est probable qu’elle souhaite trouver auprès de vous une écoute bienveillante et patiente; qui l’aidera à traverser les aléas inévitables de la drague, les déceptions amoureuses ou autres mauvaises surprises auxquelles elle peut se confronter.


Vous êtes concernés par ce sujet ?
Si vous le souhaitez, partagez votre expérience dans l'espace commentaires ci-dessous.
 


Rédigé par Nathalie Colin-Fagotin, Lu 173 fois






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez poster un commentaire et recevoir directement dans votre boite mail les commentaires des autres lecteurs.
Inscrivez-vous pour bénéficier de tous les autres services du site : annonces, forums, etc.

Psychologie positive | Psychologie de l'enfant | Psychologie de l'adolescent | Psychologie de l'adulte






Les outils pour une parentalité positive, bienveillante et proactive :

Une formation Elearning pour désamorcer les conflits du quotidien - 9€ :

Une formation complète pour se faire obéir sans crier ni taper :




Webconférences psychologie et éducation :
Des clefs pour la famille

Inscrivez-vous gratuitement et participez en direct

Je m'inscris >








    Aucun événement à cette date.




Consulter une psychologue :

Nos formules mensuelles :









Instagram
Facebook
LinkedIn
Newsletter
Twitter
YouTube Channel